Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
la crevette à moustache

LAOS - The Loop + 4000 islands

LAOS - The Loop + 4000 islands

Requinqués par notre festin belge de Vientiane, nous faisons étape à Tha Khek, dans le centre du pays, qu'on compte bien parcourir en deux roues. Renseignements pris, on apprend l'existence d'une boucle de 500km qui permet de visiter les caves et les villages de la région. On hésite, on lit les infos laissées par d'autres voyageurs dans le guestbook. Tous semblent unanimes: ils sont tombés, ont eu de la boue jusqu'au cou, ont bouffé des mouches et de la poussière, c'est sport, mais l'expérience vaut le détour! Forts de plein de petits conseils glanés dans les récits de nos prédécesseurs, on loue une petite Honda flambant neuve chez le sympathique Mister Ku, on fourre nos brosses à dents, 1 t-shirt et deux slips dans notre sac à dos et nous voilà partis pour "The Loop", 4 jours de randonnée à moto à travers champs et montagnes!

Jour 1: après quelques kilomètres, on s'arrête pour explorer la Xien Liab Cave (la région regorge de grottes). A l'entrée, un petit monsieur propose de nous emmener visiter. Agile comme un cabri, il nous montre le chemin (en tongs!) et nous pénétrons dans les tréfonds de la cave, qui débouche sur un petit lac veillé par des stalagmites en forme d'élephant. Il fait un peu frisquet pour se baigner, mais c'est vraiment très très joli. Notre guide, qui connaît chaque recoin de "sa" grotte pour avoir du s'y trimballer un bon millard de fois, sait y faire avec les "falangs" (les étrangers): il nous montre les endroits qu'il FAUT photographier et nous tirera même le portait à la sortie. Le prochain arrêt est censé être un bon spot pour nager au milieu de la forêt, mais la température ne remonte toujours pas, donc nous rebroussons chemin, sur la première route un peu plus trash de notre rando. Greg tente de passer la troisième, mauvaise idée: on fait notre première chute du séjour, toute ridicule, à du 10 à l'heure, dans du sable. On s'arrête encore à la Tham Phan Inh Cave, une petite grotte gardée par un Buddha/Monsieur Spok, qui renferme un petit temple joliment illuminé et surtout des centaines de fanions colorés. Je ne sais pas si vous le saviez mais j'adore les fanions! (Dédicace à nos mamans, Johanne et Aurélie ;)) La cave suivante, Tham Aen, est plus touristique (on y a aménagé des escaliers et installé des éclairages fluos qui en feraient bondir certains), mais elle est énorme et nous sommes quasi les seuls visiteurs. A l'approche du village de Tha Lang, où nous comptons passer la nuit, ça se corse. Le vent se lève, le froid tombe (des vêtements chauds? Pas de place dans notre sac!), et surtout la route devient un chemin de terre caillouteux pas facile à manoeuvrer. On n'est donc pas mécontents d'arriver à la Sabaidee Guesthouse, qui se révèle un vrai petit paradis: accueil hyper chaleureux (et avec quelques mots de français s'il vous plait) par le propriétaire des lieux, bar tout en bois avec vue sur la rivière, terrain de pétanque, petits bungalows donnant sur le jardin, et surtout un bon feu de camp autour duquel on se réchauffe avec du chocolat chaud et des amandes grillées qu'on a achetées au bord du chemin. On y rencontre Olivier, un anversois qui aime les Diables Rouges mais pas Bart de Wever, et avec qui on papote en flamand, et Laurence, une Française du Canada qui fait la boucle avec lui. Quelques bières, un Laap et une partie de pétanque plus tard (je défie d'ailleurs n'importe quel Marseillais de se mesurer aux Laotiens), nous voilà dans notre lit avec des bonnes vieilles BD d'Astérix et de Lucky Luke trouvées dans la bibliothèque. Quand je vous disais que Sabaidee c'était le paradis...

Jour 2: on attaque ce qui est présenté comme la grosse difficulté de la Loop: 52 km de Dirt Road, avec bosses, trous et cailloux au menu. Heureusement, le temps est sec et on est épargnés par la boue (pas par la poussière par contre...). Heureusement bis, on a eu la présence d'esprit de louer une bonne moto et de ne pas succomber à la tentation de rogner sur le buget en en choisissant une chinoise à moitié sans suspension. C'est que nous sommes deux sur l'engin, et le fessier de celui qui se trouve à l'arrière en prend pour son grade, spécialement sur ce type de chemin. Et en l'occurence c'est le mien qui a dégusté, puisque c'est Greg qui était aux commandes sur toute cette portion. Auto-proclamé Hell's Angel, il s'est amusé comme un petit fou et je dois dire qu'il a brillament gagné ses galons de pilote de l'extrême! Dans les villages par lesquels on passe, les habitants préparent le nouvel an et toutes les filles sont en costume traditionnel. Petite soupe de nouilles dans ce que nous avons baptisé un lao concept store : épicerie, bar à nouilles et salon de beauté dans la même échoppe, et je prends le relais pour attaquer la montagne (sur route plus ou moins asphaltée cette fois). On arrive à la deuxième étape de la journée: les Cold Springs. On dépose notre monture pour se lancer dans une marche d'une demi heure vers les sources. Le paysage est à couper le souffle, c'est une immense plaine à perte de vue, au milieu des montagnes, et on se sent vraiment seuls au monde (avec les vaches). Baignade dans un petit coin romantique, à peine gâchée par deux ados laotiens qui écoutent de la musique sur leur téléphone (saloperie de technologie. Oui c'est bien moi qui parle.), derniers kilomètres, petite papote à la guesthouse avec un Espagnol (c'est sûr ici je cultive mon côté polyglotte) et dodo!

Jour 3: au programme de la journée, l'attraction principale de la boucle: la Konglor Cave. Greg prend le guidon sur la très très chouette route qui y mène, 40km dans le vrai Laos rural, pendant que je profite du décor et prend plein de photos, mon sweat converti en coussin sous le postérieur. Notre fidèle sac à dos déposé à la guesthouse, nous voilà partis vers la grotte, équipés de lampes torches et de vélos branlants prêtés par nos hôtes. On embarque sur un petit canot et on commence la traversée de la rivière sous-terraine de cette immense cave de 7,5km de long. C'est énorme! E-NO-RME. On se sent vraiment tout petits en éclairant les gigantesques parois de la grotte, et on est bien contents d'avoir deux guides aguerris pour manoeuvrer le bateau entre les rochers et dans les petits rapides. La seule partie éclairée est une salle avec des reliefs et des roches impressionnants, style film d'anticipation. Après un petit stop au bout de la traversée et une tentative de dialogue anglo-laotien avec nos accompagnateurs tout amusés de nos efforts pour balbutier dans l'idiome local, on fait le retour en éteignant nos torches. Seuls les rayons des lampes de nos guides balaient l'eau pour éviter les esquifs. J'ai l'impression d'être dans le grotte où Dumbeldore trouve le premier horcruxe de Voldemort, pour ceux qui ont lu Harry Potter. Une baignade à l'entrée de la cave et une balade dans le village de Konglor plus tard, on passe une chouette petite soirée autour de quelques beer lao avec Lisa, une Sud-Africaine rencontrée le premier jour (on ne croisera d'ailleurs pas grand monde sur la boucle, la majorité du temps on avait la route pour nous seuls, un vrai bonheur!), avant d'aller se coucher avec les poules pour bien attaquer notre dernière journée.

Jour 4: nous avons plus de 200 km à faire pour rejoindre Tha Khek, il s'agit donc de s'activer. C'est à mon tour de faire la route de Konglor, en sens inverse, et je me rends compte qu'entre les trous, les petits ponts, les enfants et les animaux à éviter, c'est un peu plus intense qu' installé à l'arrière. Petite parenthèse, j'ai pu remarquer que toutes les espèces n'étaient pas égales devant les bruits de moteur et de klaxon: les chiens et les vaches par exemple y réagissent bien et s'écartent de la route, tandis que les cochons et les biquettes n'en ont strictement rien à carrer, c'est à toi de slalomer. La palme revient sans doute aux poules et autres volailles, qui se tiennent bien tranquille sur le bord du chemin, et choisissent le moment où tu n'es plus qu'à quelques mètres pour traverser en paniquant pile sur ta trajectoire. J'enchaîne avec la montagne, encore, avant de céder le guidon à mon copilote. On tient une super bonne moyenne, quand soudain on crève le pneu arrière... pile devant un garage. Un coup de fil à notre copain Mister Ku et vingt minutes plus tard, on est de retour sur la route, vers notre dernière étape: le Khoung Kong Leke. Retour à la route de motocross pour 20 km, 40 aller-retour. C'est sportif, Greg gère les dérapages, mais il y a une portion de 2km bien escarpée que je fais à pied pour qu'il puisse manoeuvrer. Preuve de la difficulté du parcours, nous sommes les seuls parmi nos camarades motards, que nous retrouverons au coin du feu plus tard dans la soirée, à ne pas avoir rebroussé chemin. Greg est tout fier et c'est assez légitime :) Au bout, le Graal: un lac turquoise fluo, hyper paisible et rien que pour nous, au bord duquel on pique-nique avant de se faire un fish spa gratuit en se faisant picorer par les milliers de petits poissons qui peuplent le lac. Derniers kilomètres entre les ados à vélos qui rentrent de l'école et voilà: we did it, la boucle est bouclée!

On est crevés, oranges de poussière, les fesses en compote mais contents, contents, contents!!

Bilan: Chutes: 1 - Photos: 184 - Animaux évités : 327 - Kilomètres: 510 - "Woaw c'est beau!": 10.000!

Un bus de nuit et un trajet un brin folklo plus tard (6 falangs, 17 laotiens, 2 poulets, une antenne parabolique, une télé, deux tonnes de riz dans un touk-touk, avec une petite mamy bien comique qui a partagé avec moi sa brochette de... rat? chèvre? (je préfère ne pas savoir) et a parlé pendant tout le trajet à Greg en lao sans se soucier le moins du monde qu'il ne comprenne rien), nous voici aux 4000 îles, à Don Khon. Nous y avons eu un programme intense: bouquiner dans notre hamac, faire le tour de l'île à vélo pour aller admirer une énorme waterfall, bouquiner sur la plage, se faire masser, bouquiner dans des petits cafés. Après ces quelques jours de farniente, départ demain pour le Cambodge, où nous passerons Noël!

Cel

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Waouw, ça me donne trop envie! En plus à moto!!
Quel rêve!
Bisous
Répondre